Voici venu le temps des zozos


Numéro 144
Décembre 2007

8,00

Catégorie :

PAIX  AUX  POÈTES

DE  BONNE  VOLONTÉ

 

Ce dernier numéro de la Revue des Dossiers d’Aquitaine pour le millésime 2007 présente un dossier avec son éternel thème : celui de la liberté d’expression. Une livraison qui ne plaira ni aux censeurs, ni aux cuistres, ni aux pédants, ni aux bien-pensants des ministères  et encore moins aux bons fonctionnaires chasseurs de primes.

On s’en moque !

Ah ! Les zozos de l’humanitaire partis à la recherche de bébés baigneurs, de petites poupées africaines pour couple en mal d’enfants, prêts à ouvrir leur portefeuille « pour sauver un orphelin et lui donner une bonne éducation ». Une association de zozos, qui, en moins de deux ans, arrive à collecter les fonds, capter les médias, passer au-dessus des lois et tel un zoro des droits de l’homme, rendre la justice à la barbe des gendarmes, ça ne vous paraît pas un peu surfait ?

Qu’allaient-ils faire dans cette galère, les journalistes (un reportage pour pourri-match ou le nouvel obsédé ?), les médecins ou infirmières délaissant leurs patients (expérimenter un médicament ?), et tous les protecteurs de ces bonnes âmes, qu’attendaient-ils en retour ? Des questions qu’il faudra bien que la justice française tranche puisque selon les zozos, la justice africaine n’existe pas ou du moins n’a pas droit de cité.

Et pendant ce temps-là, notre Brave et Bonne République, libère les otages, rapatrie les aventuriers et paye la note. Il fait quand même bon vivre en France ! Pas si sûr puisque les zozos vont faire de nouveaux procès pour non-assistance !

Cette histoire rappelle celle du Paris-Dakar… Qui malgré les risques d’attentats en Mauritanie va repartir en 2008 et pourquoi pas écraser deux ou trois « petits nègres » au passage. Pas d’année sans accident mortel telle est la devise comme le chante Renaud des « Cinq cent connards / Sur la ligne de départ /  (des) Cinq cent blaireaux / sur leur motos /…. Passe la caravane / Et les chiens n’aboient plus / Ya du sang répandu… »

Et dans ce dernier cas de figure, on va retrouver les journalistes, les médecins, les vedettes, les artistes du volant… et la pub pour les cigarettes…  Braves gens, ne vous inquiétez pas, en cas de malheur, la République saura prendre ses responsabilités, preuve les chaînes publiques de la télévision vont encore nous envoyer du désert du Ténéré des images de poussière et de sable pour « faire rêver les jeunes ».

  1. Paix aux hommes de bonne volonté, aux missionnaires anonymes et sereins, aux humanitaires discrets et efficaces, et à tous les p’tits poètes qui par leurs silences comme par leur cris dénoncent ceux qui volent des vies ou détruisent des espérances. Nous sommes de ceux-là.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

                                                                                                                                                                     André Desforges