Les vœux de Robert Gélis


Numéro 172
Décembre 2013

8,00

Catégorie :

Saint-Romain de Benet, le 1er janvier 2014.

Ami(e)s, je vous salue.
Outre le sonnet traditionnel, qui ne conviendra pas, je le sais, aux puristes, mais qui ravira, peut-être, les curistes (assoiffés d’EAUX diverses, thermales ou pas), je dois, une fois encore prouver que ma mort était feinte… Pourvu que ça dure ! Grâce à une météo débile, qui pourrait rappeler l’ambiance sociopolitique, je suis un tantinet coincé dans mon palais d’hiver, condamné à rêver que ce pourrait être un lupanar, tout en me trifouillant les neurones pour trouver des vœux à la hauteur de ma réputation de loup-phoque, animal, imaginaire, certes, mais aussi mythique que mystique, et qui mastique volontiers les moustiques de l’ironie et du blasphème.

Grâce à une analyse précise et sans concession, pas plus à la facilité qu’à la perpétuité, j’ai pu trouver la confirmation de mon hypothèse de départ : plus que n’importe quoi, ce qui préoccupe l’immensité de nos semblables, c’est leur Santé ! Nul n’ignore plus, que nous sommes un ensemble d’ensembles, de systèmes, de fonctions ou même d’appareils, comme disent les spécialistes… C’est donc à partir de ceci que je vais vous souhaiter cela. (N.B. : je m’en tiendrai, bien sûr à l’essentiel, et donc à quelques remarques lapidaires et à des conseils simples, accessibles à la plupart d’entre vous.)
I. APPAREIL RESPIRATOIRE : À ménager par tous les moyens ! Si vous êtes accro au tabac, ne vous privez pas du plaisir de fumer, mais recyclez-vous, soit dans la charcuterie, soit dans le jardinage !

II. APPAREIL CIRCULATOIRE : Évitez absolument de vous faire un sang d’encre ! Ce n’est pas ce qui vous donnera du talent si vous écrivez… Et, surtout, entraînez quotidiennement votre cœur à rester insensible aux émotions qui peuvent vous assaillir : en effet, garder son sang-froid est délicat si l’on a le cœur chaud ! (au passage, je souhaite aux vampires qui me liront d’avoir de la veine dans leurs quêtes nocturnes le long des artères sombres de la ville…).

III. APPAREIL DIGESTIF : Ici, contrairement à l’alphabet, le B précède le A ; plus précisément, la Bouche est généralement avant l’Anus. Entre les deux, il y a des tas d’organes respectables qui méritent votre respect et votre admiration, au moins autant qu’une usine à gaz ou qu’une nappe phréatique bretonne…

IV. APPAREIL MOTEUR : Le squelette, les articulations, les muscles, les ligaments… Tout cela constitue une remarquable machine. Mais qui, hélas ! très, très, très, très souvent, vous gâte la vie dès que vous prenez de la bouteille (alors que c’est généralement quand elle ne contient plus que de l’eau, ou de l’air !). Outre les anti-inflammatoires et/ou les prothèses inévitables tôt ou tard, n’oubliez pas de maudire quotidiennement le Créateur, qui aurait pu faire mieux sans forcer… (à moins qu’il ne l’ait fait exprès, le bougre !)

V. SYSTÈME NERVEUX : Évoquer ce sujet me met les nerfs en pelote, même si je n’en suis pas au point de péter les plombs. Si vous êtes dans le même cas que moi, n’hésitez pas à vous faire prescrire par l’un de vos toubibs préférés (un neuropsychiatre ?) un bon neuroleptique… que vous pourrez aisément échanger contre un Pomerol A.O.C., à déguster sans plus attendre pour guérison immédiate.

VI. APPAREIL GENITO-URINAIRE : Différent chez l’homme et la femme, comme un bouchon l’est d’un goulot de bouteille. Je ne vais pas me lancer ici dans des explications scabreuses données des milliers de fois à la Télé ou dans les Écoles Maternelles…
Je rappellerai toutefois que pour assurer un résultat, palpable sous la forme d’un nourrisson, il faut nécessairement que les spermatozoïdes masculins, lancés dans leur course effrénée, puissent passer ovaires sans freiner. Tant pis pour ceux qui ignorent les règles ! Si, malgré les préparatifs adéquats ça foire, remettez à deux mains ce que vous comptiez faire avec une seule !
VII. FONCTIONS ÉPURATOIRES : Tout ce qui n’a aucun intérêt pour le bon fonctionnement de l’organisme humain, et à fortiori tout ce qui peut s’avérer dangereux (de véritables poisons, en fait !) est rejeté. Les mots pour désigner ces déchets abondent et sont souvent à l’origine de rires gras ou de grimaces de désapprobation… Pas de complexes SVP ! Cacapipi, rot, pet, etc. Allez-y gaiement, surtout si vous pouvez attirer l’attention sur quelqu’un d’autre, de façon à ce que les éventuels témoins, visuels, auditifs, olfactifs… croient que c’est lui le coupable. C’est discutable, mais moins dangereux que de se retenir !

VIII. SYSTÈME HORMONAL : Ce chapitre ne saurait concerner que celles et ceux qui ont tendance à glander ou, pire, à glandouiller. Et je sais que parmi vous, ils sont aussi peu nombreux que les requins en Suisse (dans le lac Léman… pas dans les banques !).
Donc, évitons un coup d’adrénaline et passons aux…

IX. CINQ SENS : (chers au prénommé Camille, qui leur dédia sa joyeuse « Danse macabre »)
– VUE : Ouvrez l’œil, et le bon ! (si c’est approximatif, essayez l’autre !) Et si vous en voyez de toutes les couleurs, méfiez-vous : c’est louche !
– OUÏE : Si vous en entendez « des vertes et des pas mûres », il y a danger : fermez votre pavillon (auriculaire) et branchez le signal de la larme, en collaboration avec la Vue ci-dessus.
– ODORAT : Répétez-vous souvent « sais-je ce que je sens ? » ou « sens-je ce que je sais ? ». C’est la base de la méditation nasale, de ceux qui mesurent à peu près tout « au pif ». Optez plutôt pour le mètre pliant, très drôle, dans la plupart des cas.
– GOÛT : Usez de votre langue avec prudence et discernement ; sinon gare aux papouilles de papilles surprises ! (entre autres, ne vous payez pas de papayes !)
-TOUCHER : Alors, là ! Quartier libre ! Faites gaffe toutefois au toucher rectal, qui peut vous rappeler vilainement le film « Le seigneur des anaux »… (Oui, je sais, cet horrible jeu de mots peut vous inciter à faire la fine bouche… Pardon, d’avance).

Voilà, voilà, voilà… À mon âge, c’est dur d’être doux, et être mûr n’empêche guère de rester mou…