De la pub à la propagande


Numéro 150
Décembre 2008

8,00

Catégorie :

La publicité va être supprimée sur les chaînes du service public, à la télévision française. Quelle bonne nouvelle ! Enfin, nous voici débarrassés des marchands de pub, des prometteurs de pierres de lune en toc, des marques de lessive qui lavent plus blanc que blanc, des parfums à l’eau de rose, des fabricants de couches-culottes et autres promoteurs du pipi-caca…

L’opposition, par la voix de sa candidate à la présidence de la République en 2007, réclamait la suppression de la publicité à la télévision. La majorité adopte cette mesure, systématiquement l’opposition change son fusil d’épaule et s’oppose à cette décision. Il en est ainsi de la vie politique française, tout ce que propose le parti au pouvoir est mauvais, seule l’opposition a droit de raison.

Les exemples sont multiples depuis que le Président est élu au suffrage universel, selon qu’il soit de droite ou de gauche, ce qu’il préconise est obligatoirement combattu par son adversaire malheureux.

Mitterrand en a fait les frais, Sarkozy en essuie les plâtres. Mitterrand avait récupéré des ministres de droite, Sarkozy a débauché des personnalités de gauche, cela n’a pas suffi à créer un consensus.

Donc, pour la suppression de la pub, si vous penchez à droite c’est bon, à gauche c’est mauvais. Au centre, c’est ni bon ni mauvais.

Deux secondes de réflexion pourtant suffisent pour affirmer qu’un grand service public ne doit en aucun cas se soumettre aux lobbies industriels qui vendent par spots télévisés interposés de la mal-bouffe, comme il n’y a pas très longtemps les tueurs de cigarettiers ou les producteurs d’alcools forts se permettaient des encarts publicitaires en faveur de leurs produits nocifs.

Deux autres secondes suffisent pour dire qu’un film, une pièce de théâtre, un concert, un reportage, un débat contradictoire n’ont pas besoin d’être offerts par une marque de margarine ou un marchand de rutabagas.

La pub, s’assimile au bourrage de crâne, au lavage de cerveau. Plus le sujet est jeune, plus la pub est pernicieuse. Les enfants raffolent de la pub qui provoque d’importants dégâts dans leurs fragiles neurones. Mais pendant ce temps là, les parents ont la paix ! Marc Crado et Croca Crola deviennent alors les amuseurs, les maîtres d’école, les formateurs des modes de pensée pour les générations futures.

La télé, un outil d’intervention directe, en douceur et inconsciemment sur nos façons d’acheter et pourquoi pas de voter. Et voilà où le bât blesse ! Comme dans les pays à pensée unique, la télévision en main du pouvoir aussi bien pour la nomination des directeurs de chaînes que pour le choix des programmes, ne risque-t-elle pas de devenir un outil de propagande pour l’idéologie dominante. Que voici un bon sujet de réflexion pour l’opposition ! Mais où est cette dernière ? Pour l’instant elle se contente de crier haro et en chœur sur la suppression de la publicité. D’ailleurs cette p’tain de pub n’est supprimée qu’en soirée, il reste encore les annonceurs et aussi nocives les bandes annonces, qui par le choix d’images provocatrices ressemblent plus à du bourrage de crâne qu’à de l’information.

                                                                                                                                                         André Desforges