Voici venu le temps des élections


Numéro 162
Juin 2011

8,00€

Catégorie :

Voici venu le temps des élections

Voici venu le temps des pièges à gnons

LES ÉLECTEURS

Ah ! Bon Gieu qu’des affich’s su’ les portes des granges !…
C’est don’ qu’y a ‘cor queuqu’ baladin an’hui dimanche
Qui dans’ su’ des cordieaux au bieau mitan d’la place ?
Non, c’est point ça !… C’tantoût on vote à la mairie
Et les grands mots qui flût’nt su’ I’dous du vent qui passe
Dévouement !… Intérêts !… République !… Patrie !…
C’est I’Peup’ souv’rain qui lit les affich’s et les rlit…

Les vach’s, les moutons,
Les oué’s, les dindons
S’en vont aux champs, ni pus ni moins qu’tous les aut’s jours
En fientant d’loin en loin l’long des affich’s du bourg.)

Les électeurs s’en vont aux urn’s en s’rengorgeant,
« En route !… Allons voter!… Cré bon Guieu ! Les bounn’s gens
C’est nous quje t’nons à c’t’heur les mâssins’ d’la charrue,
J’allons la faire aller à dia ou ben à hue !
Pas d’abstentions !… C’est vous idé’s qui vous appellent…
Profitez de c’que j’ons l’suffrage univarsel ! »

(Les vach’s, les moutons,
Les oué’s, les dindons
Pâtur’nt dans les chaum’s d’orge à bell’s goulé’s tranquilles
Sans s’ment songer qu’ils sont privés d’leu’s drouéts civils).

Y a M’sieu Chouse et y a M’sieu Machin coumm’ candidat.
Les électeurs ont pas les mêm’s pars de leunettes :
– Moué, j’vot’rai pour c’ti là !… Ben, moué, j’y vot’rai pas !…
C’est eun’ foutu crapul’ !… C’est un gâs qu’est hounnête !…
C’est un partageux !… C’est un cocu !… C’est pas vrai
On dit qu’i fait él’ver son goss’ cheu les curés !…
C’est un blanc !… C’est un roug’ Qu’i’s dis’nt les électeurs :
Les aveug’els chamaill’nt à propos des couleurs.

(Les vach’s, les moutons,
Les oué’s, les dindons
S’folut’nt un peu qu’leu’gardeux ait nom Paul ou nom Pierre,
Qu’i souét nouér coumm’eun’ taupe ou rouquin coumm’ carotte
I’s breum’nt, îs bèl’nt, i’s glouss’nt tout coumm’ les gens qui votent
Mais ils sav’nt pas c’que c’est qu’gueuler: « Viv’Môssieu l’Maire ! »

C’est un tel qu’est élu !… Les électeurs vont bouére
D’aucuns coumme à la noc, d aut’ s coumme à l’entarrment
Et I’souér el’ Peup’ souv’rain s’en rtourne en brancillant
Y a du vent ! Y a du vent qui fait tomber les pouères

(Les vach’s, les moutons,
Les oué’s, les dindons
Prenn’nt saoulé d’harb’s et d’grains tous les jours de la s’maine
Et i’s s’mett’nt pas à chouèr pasqu’i’s ont la pans’ pleine.)
Les élections sont tarminé’s, coumm’ qui dirait

Que v’là les couvraill’s fait’s et qu’on attend mouésson…
Faut qu’les électeurs tirnt écus blancs et jaunets
Pour les porter au parcepteur de leu’ canton ;
Les p’tits ruissieaux vont s pard dans un grand fleuv’ du Budget
Oùsque les malins pèch’nt, oùsque navigu’nt les grous.
Les électeurs font leu’s courvé’s, cass’nt des cailloux
Su’ la route oùsqu’ leu’s r’présentants pass’nt en carosses
Avec des ch’vaux qui s’font un plaisi’  – les sal’s rosses ! –
De s’mer des crott’s à m’sur que I’Peup’souv’rain balaie…

(Les vach’s, les moutons
Les oué’s, les dindons
S laiss’nt dépouiller d’leu’s oeufs, de leu’ laine et d’leu lait
Aussi ben qu’s’i’s-z-avin pris part aux élections.)

Boum !… V’là la guerr’ !… V’là les tambours qui cougn’nt la charge…
Portant drapieau, les électeurs avec leu’s gâs
Vont trépigner les champs d’blé oùsqu’i’i’s mouéssounn’ront pas.
Feu ! Qu’on leu’ dit  Et i’s font feu ! –  En avant, arche ! –
Et tant qu’i’s peuv’nt aller, i’s march’nt, i’s march’nt, i’s march’nt…
Les grous canons dégueul’nt c’qu’on leu’ pouss’ dans l’pansier,
Les ball’s tomb’nt coumm’des peurn’s quand l’vent s’cou’ les peurgniers
Les morts s’entass’nt et, sous eux, l’sang coul’coumm’ du vin
Quand troués, quat’pougn’s solid’s, sarr’nt la vis au pressouér’
V’là du pâté !… V’là du pâté de Peup’souv’rain !

(Les vach’s, les moutons,
Les oué’s, les dindons
Pour le compte au farmier se laiss’nt querver la pieau
Tout bounnment, mon guieu !… Sans tambour ni drapieau.)

… Et v’là !… Pourtant les bêt’s se laiss’nt pas fér’ des foués !
Des coups, l’tauzieau encorne el’ saigneux d’l’abattoué…
Mais les pauv’s électeurs sont pas des bét’s coumm’s d’aut’es
Quand I’temps est à l’orage et l’vent à la révolte…
I’s votent !…

Poème de Gaston Couté (1880-1911)