Spécial Attentats de Paris

  • Numéro 180

Numéro 180
Décembre 2015

Date de parution : Décembre 2015
16 pages

8,00€

Catégorie :

Rien ne sera plus comme avant

Chers p’tits poètes, rappelez-vous, après le massacre à bout portant de nos amis dessinateurs, Charb, Honoré, Tignous, Wolinski et Cabu, le 7 janvier 2015, les gouvernants (les bons comme les méchants) se sont retrouvés défilant bras dessus bras dessous sur les pavés de Paris, en marmonnant : « Rien ne sera plus comme avant ».

Et on allait voir ce qu’on allait voir. Recrutement de policiers et de militaires à outrance, protection des rédactions des journaux, surveillance des lieux de culte… Sauf, que les mesures promises ne furent pas réalisées et le 13 novembre, les abrutis de la gâchette remettaient ça au nom d’un dieu barbare et sanguinaire. Au final plus de 130 morts, qui eux n’avaient insulté ni devin ni prophète, n’étaient ni juif ni musulman, pas même catholique. 130 cadavres jeunes, pour la plupart, s’intéressant plus à la gastronomie, au sport ou à la musique qu’à la politique politicienne.

Ah ! Qu’ils furent grands nos gouvernants prônant l’Union sacrée, se réunissant en congrès pour proclamer l’état d’urgence et entrevoir la déchéance de la nationalité française. Nous sommes en guerre clamait le Président, l’ennemi va utiliser les gaz chimiques surenchérissait le Premier ministre. Ordre plus que conseil, n’hésitez pas à dénoncer à la police tout comportement suspect.

Peur, faire peur, tel est le mot d’ordre en ces temps de trouble. Étrangement, on ne parlait plus des migrants et la lutte contre le chômage avait disparu des écrans radars. On vida les casernes pour envoyer gendarmes et policiers sur les frontières et on rassura la population en mettant pratiquement un flic derrière chaque touriste sur nos Champs Élysées et à l’entrée des grands magasins, des églises, des temples, des synagogues et des mosquées.

« Rien ne sera plus comme avant », d’ailleurs, le Président de la République veille sur vous et envoie ses avions bombarder les foyers de terroristes aussi bien en Afrique qu’au Moyen-Orient. Chef de toutes les armées, puisque les Russes et les Américains (d’après lui) sont sous ses ordres, promis, juré, il vaincra Daech et ramènera la paix en France et en Europe.

Jamais, nous n’avions reçu autant de bourrage de crâne et de fausses promesses. Rappelez-vous, chers p’tits poètes, nos grands-pères et arrières grands-pères sont partis fleur au fusil en août 1914, pour que leurs enfants et leurs petits-enfants ne connaissent plus les atrocités des conflits inter-nations, car « c’était la der des der ». « Rien ne sera plus comme avant » avaient répété les généraux. Las en 1939, la Seconde guerre mondiale éclatait avec ses « Oradours » et ses « camps d’extermination ». Le nazisme vaincu, « rien ne sera plus comme avant » clamèrent les survivants.

Et aujourd’hui, sous la menace d’une guerre mondiale (seulement 10 pays dans le monde ne sont pas en conflit en ce début d’année, dont la Suisse, le Japon, le Chili, le Brésil), on ne cesse de nous rabâcher qu’après l’éradication des terroristes « rien ne sera plus comme avant ».

Trop tard, gouvernants, avant d’appeler à la sinistrose fallait écouter ceux qui vous disaient que les « sauvageons » des banlieues un jour feraient la loi, que les comportements de violence, de rejet des valeurs laïques, dès l’école primaire devaient être surveillés. Élus, soyez dignes de vos citoyens, invitez ceux qui vivent ou qui viennent en France à respecter nos valeurs républicaines, liberté, égalité, fraternité. Dans ces trois mots, il n’y a pas de place pour les querelles religieuses ni pour les théoriciens de la mort.

Gouvernants, qui vous servez des événements cruels pour vous tailler un costume de rééligible en distribuant des hochets à tout va, sachez que la liberté est l’affaire du peuple et qu’elle n’est pas récupérable à coups de Légions d’honneur. Nous les p’tits poètes, nous les amis de Cabu, Charb, Tignous, Honoré, Wolinski, nous sommes debout et nous n’avons pas peur.

  Les p’tits poètes des Dossiers d’Aquitaine et l’équipe de rédaction